Travailleurs en insertion

Les ESI en Europe : tendances et défis!

07-09-2021

Dans le cadre du Work Package 1 "Recherche - État des lieux", EURICSE a fait quelques conclusions clés sur l'écosystème des WISE en Europe, les politiques du travail et les besoins et lacunes en matière de compétences.

Le marché du travail : tendances et défis

Le travail est crucial à la fois pour le bien-être de chaque être humain et pour la stabilité des sociétés. Cependant, contrairement aux hypothèses standard des modèles théoriques néoclassiques, le marché du travail est loin d'être parfait. D'un côté, il y a les candidats hautement qualifiés et formés, qui ont normalement de bonnes perspectives de carrière ; à l'opposé, se trouvent les travailleurs qui risquent d'être exclus du marché du travail, c'est-à-dire les travailleurs ayant des besoins de soutien (TBS), comme par exemple les personnes en situation d’handicap (PSH) ; souffrant de troubles liés à l'utilisation de substances; condamnées et anciennement condamnées; chômeuses de longue durée ; sans-abri; demandeuses d'asile, réfugiées et migrantes ; issues des NEET ; survivantes de violences; membres de minorités ethniques et peu qualifiées.

Depuis leur formation, les États-providence modernes ont adopté des politiques du travail pour soutenir l'insertion professionnelle des TBS. Ces politiques peuvent être classées en quatre groupes principaux : (i) les politiques de régulation, qui consistent en l'adoption de systèmes de quotas qui obligent toutes ou certaines entreprises à embaucher un pourcentage minimum de TBS ; (ii) les politiques de compensation, qui compensent les entreprises pour la baisse de productivité des TBS ; (iii) les politiques de substitution, visant à créer un « marché du travail substitutif » ; et (iv) l'emploi accompagné, qui consiste en un mix de politiques qui interviennent directement avec des tuteurs dédiés pour prendre en charge les coûts de sélection et de formation des entreprises intégrant des TBS.

Néanmoins, la plupart de ces politiques se sont révélées incapables d'assurer une répartition équilibrée de la main-d'œuvre disponible. L'existence de groupes importants de chômeurs menacés d'exclusion sociale a encouragé la recherche de parcours alternatifs d'insertion professionnelle. Les Entreprises Sociales d'Insertion par le Travail (ESI -WISE en anglais) sont l'un des exemples les plus innovants et réussis.

S'appuyant sur une analyse préliminaire des WISE dans tous les États membres (EMs) de l'Union européenne (UE) et sur une analyse empirique, consistant à la fois en une enquête en face à face et en une enquête en ligne, réalisée dans les 13 pays partenaires de B-WISE, le rapport analyse les principaux moteurs, caractéristiques et tendances de développement des ESI dans l'UE. En outre, le rapport étudie les besoins et les lacunes en matière de compétences des travailleurs des WISE, en particulier dans le domaine numérique.

Entreprises sociales d'insertion professionnelle : moteurs, fonctionnalités et modèles d'intégration

Les WISE sont un mécanisme institutionnel d'emploi assisté qui favorise les travailleurs discriminés par les entreprises conventionnelles et leur offre une formation appropriée sur le tas. Grâce à l'expertise accumulée en travaillant avec les TBS, les WISE conçoivent des processus organisationnels adaptés aux besoins des employés et font le point sur leurs compétences et leurs capacités. Les WISE sont des entreprises à double rendement ; en effet, en plus d'échanger des biens et des services commercialisables, ils fournissent également des services d'aide à l'insertion professionnelle à des TBS qui autrement seraient exclus du marché du travail.

Dans certains pays (par exemple, la France, la Grèce et l'Italie), les WISE ont émergé du terrain, principalement grâce à l'auto-organisation des encadrants, des familles des TBS ou des TBS eux-mêmes ; dans d'autres pays (par exemple, la Bulgarie, la Croatie, la Lituanie, la Slovénie et l'Espagne), les WISE ont évolué à partir d'ateliers protégés traditionnels, qui ont progressivement adopté une position plus entrepreneuriale et ont commencé à se comporter de plus en plus comme des WISE.

Depuis leur émergence, les WISE ont développé différents modèles d'intégration. Alors que certaines WISE sont structurées pour créer des postes de travail stables pour les TBS au sein de l'organisation elle-même (modèle d'intégration permanente), d'autres WISE forment les TBS sur le tas pour les préparer à travailler sur le marché du travail traditionnel (modèle d'intégration transitoire). Un troisième groupe de WISE a développé un modèle d'intégration mixte. Plusieurs facteurs expliquent le choix d'un modèle d'intégration particulier, notamment les types de TBS intégrés, les incitants et les contraintes des politiques publiques, les liens des WISE avec les politiques du travail et le degré d'interaction des WISE avec d'autres employeurs potentiels.

Les WISE opèrent dans un large éventail de secteurs économiques. La part du lion revient cependant aux industries à forte intensité de main-d'œuvre (par exemple, la fabrication, la construction, le nettoyage) où prédominent les emplois à faible valeur ajoutée, nécessitant de faibles niveaux de spécialisation de la part des travailleurs.

Reconnaissance des WISE

Le rapport cartographie les structures juridiques des WISE légalement reconnues et des WISE qui opèrent « en dehors du radar», car elle ne sont ni légalement définies comme des WISE, ni conçues comme des WISE par les organisations elles-mêmes.

Les WISE varient considérablement au sein de l'UE en termes de législation : alors que dans certains pays (par exemple, la Belgique, la France, l'Allemagne, la Grèce, l'Italie, le Portugal, la Slovénie et l'Espagne), les WISE disposent d'un cadre juridique spécifique qui s'applique à elles, dans d'autres pays (par exemple, l'Autriche, l'Estonie, l'Irlande, les Pays-Bas et la Suède) les WISE utilisent principalement des formes juridiques traditionnelles qui n'ont été ni spécifiquement conçues pour elles, ni pour les entreprises sociales quelles qu'elles soient. Il existe en outre des pays (par exemple, la Tchéquie, le Danemark, la Finlande, la Hongrie, la Lettonie, le Luxembourg, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie) où la législation ad hoc pour les WISE introduite est plutôt inefficace et les WISE nouvellement créés continuent d'utiliser des formes juridiques qui n'ont pas été conçues pour elles. Dans certains pays, les WISE sont enregistrées dans des registres spéciaux (par exemple en Suède) ou sont identifiables grâce à des régimes de financement spécifiques (par exemple en Autriche) ou à une marque privée (par exemple aux Pays-Bas).

Il convient de noter que dans des pays comme l'Italie, par exemple, les modifications de la législation ont été essentielles pour favoriser le développement des WISE à grande échelle. Enfin, dans les pays (par exemple, la Bulgarie, la Croatie, la Lituanie, la Slovénie et l'Espagne) où les ateliers protégés se sont transformés en entreprises à part entière, les WISE utilisent des formes juridiques ou des statuts qui ont été initialement conçus pour les premiers.

Ressources des WISELa gestion d'une WISE entraîne des coûts de production plus élevés (principalement liés à la formation et à la supervision des TBS intégrés) par rapport aux entreprises conventionnelles. Les WISE peinent en outre à accéder à des ressources remboursables en raison de leur caractère spécifique à but non lucratif. Pour ces raisons, les WISE ont développé des modèles particuliers de durabilité et s'appuient sur un mélange de ressources publiques et privées, y compris des contributions non monétaires (par exemple, des contributions volontaires, des dons reçus des membres et des actifs mis à disposition par la communauté) ; ressources non remboursables (publiques – par exemple, les subventions et dotations pour couvrir les investissements en immobilisations, le soutien à l'adaptation et à la formation du travail – et privées, par exemple, les réserves indivisibles résultant de la contrainte sur la répartition des bénéfices) ; les ressources remboursables (provenant, par exemple, de

banques à vocation sociale et éthique) ; des avantages fiscaux et des ressources provenant d'activités génératrices de revenus grâce à la vente de biens et de services aux organismes publics, aux particuliers et aux entreprises conventionnelles.

Comme l'a souligné la recherche B-WISE, il existe un besoin global de programmes et de politiques publiques plus habilitantes. La grande majorité des États membres de l'UE ont en effet des systèmes de soutien public incohérents et fragmentés, qui ne tiennent pas suffisamment compte de la responsabilité sociale assumée par les WISE. Dans plusieurs pays, il existe un accès disproportionné aux ressources d'aide publique - qui dépend des groupes cibles auxquels s'adressent les WISE - les WISE intégrant des personnes handicapées ayant accès à un système de soutien plus généreux. Dans d'autres pays, seules certaines typologies de WISE bénéficient d'un système de soutien ciblé, tandis que les autres typologies n'ont accès à aucune mesure de soutien.

Modèles nationaux : des politiques du travail traditionnelles aux WISE

Les WISE peuvent être regroupées en trois groupes de pays : (i) Europe centrale et orientale (c'est-à-dire la Bulgarie, la Croatie, la Lettonie, la Pologne, la Roumanie et la Slovénie), (ii) Europe du Sud (c'est-à-dire la Grèce, l'Italie et l'Espagne) et (iii ) Europe occidentale (c'est-à-dire l'Autriche, la Belgique, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas).

En Europe centrale et orientale, les WISE constituent la typologie d'entreprises sociales la plus largement reconnue. Dans ces pays, la reconnaissance juridique et le soutien public des WISE sont relativement insatisfaisants, alors que l'UE a joué un rôle majeur dans le soutien de leur développement.

En Europe du Sud, les WISE sont fortement ancrées dans la longue tradition des coopératives et elles ont été légalement reconnues. Les principaux défis qui influencent le développement des WISE comprennent des taux de chômage élevés, la présence d'un vaste secteur informel, une forte segmentation du marché du travail et un développement insuffisant des politiques actives du marché du travail.

En Europe occidentale, les politiques actives du marché du travail sont bien développées ; elles ont d'une part contribué à un taux d'emploi plus élevé et, d'autre part, elles ont conduit à des marchés du travail plus flexibles. Alors que les WISE sont pleinement intégrées dans le système de protection sociale en Autriche et en Belgique, elles sont traitées comme n'importe quelle autre entreprise aux Pays-Bas, où il existe un « terrain de jeu égal pour toutes les entreprises ». 

Compétences techniques et transversales dans les WISE

L'objectif de l'analyse empirique en face-à-face de B-WISE était d'identifier les besoins et les lacunes en matière de compétences de trois groupes cibles : (i) les gestionnaires (par exemple, les responsables, les coordinateurs de zone et les spécialistes des TIC) ; (ii) les encadrants (par exemple, les coachs professionnels, les tuteurs et les mentors) et (iii) les TBS. Sur la base du cadre européen des aptitudes, compétences, qualifications et professions (ESCO), 403 travailleurs ont été interrogés afin d'examiner leurs forces et leurs lacunes en matière de compétences.

D'après les recherches menées, pour effectuer leur travail, les gestionnaires ont besoin d'un large éventail de compétences en gestion ainsi qu'en communication, en collaboration et en créativité. Les encadrants – qui s'occupent d'une variété d'activités, de la planification du temps et de l'espace de travail à l'assistance aux TBS – ont besoin d'un mélange de compétences spécialisées et non techniques. Selon eux, les compétences les plus pertinentes sont celles liées à la formation et à l'accompagnement des TBS. Enfin, selon les TBS, les compétences opérationnelles – telles que le tri et l'emballage des marchandises, le nettoyage et l'assemblage des produits – sont essentielles pour mener à bien les activités quotidiennes avec justesse, précision et autonomie.

Bien qu'il n'y ait pas d'écart significatif entre la pertinence des compétences et la maîtrise des compétences, des améliorations sont possibles pour les trois groupes cibles, en particulier dans les compétences considérées comme les plus pertinentes. Selon les encadrants et les gestionnaires, les déficits en compétences sont principalement dus au manque de ressources économiques. Sur la base des réponses des gestionnaires, les pénuries de main-d'œuvre de travailleurs ayant le profil d'emploi requis ont cependant un rôle dans l'explication de leurs propres lacunes en matière de compétences. Les encadrants considèrent en revanche la rareté des formations adaptées comme un facteur explicatif clé. Enfin, les TBS identifient le manque de temps pour acquérir de nouvelles compétences comme la raison la plus pertinente expliquant leurs propres lacunes en matière de compétences.

Les lacunes en matière de compétences des gestionnaires et des encadrants ont une incidence négative sur leur capacité à aider les TBS actuels ou futurs dans leurs parcours d'intégration professionnelle. La principale préoccupation des TBS est leur incapacité à travailler tout en garantissant une qualité et/ou une rapidité adéquates, ce qui peut provoquer des retards ou nuire à la qualité des produits/services fournis aux clients. La formation est considérée comme la mesure la plus importante pour combler les lacunes en matière de compétences, mais le manque de ressources à allouer à la formation pour la plupart des WISE entrave la participation à la formation. En plus de cela, les répondants soulignent le manque d'activités de formation appropriées qui sont entièrement adaptées pour combler les lacunes en matière de compétences, en particulier des TBS.

Lacunes en matière de technologie et de compétences numériques dans les WISE

S'appuyant à la fois sur les résultats de l'enquête en face à face et celle en ligne (remplie par 175 facilitateurs), l'étude montre comment les technologies et les processus de numérisation sont - en particulier dans les grandes WISE, dans lesquels le niveau de numérisation est plus élevé que les plus petites - appliqué dans une large mesure dans les processus de gestion (par exemple, l'utilisation de services de nuage de données et de factures électroniques) et pour la normalisation des processus de production (par exemple, des technologies telles que les progiciels de planification des ressources d'entreprise). À l'inverse, certaines technologies avancées telles que l'intelligence artificielle, le prototypage rapide et les technologies d'assistance sont considérées comme moins pertinentes.

En ce qui concerne spécifiquement les compétences numériques, il n'y a pas d'écarts significatifs entre la pertinence des compétences numériques et leur niveau de maîtrise pour les trois groupes cibles. Les gestionnaires sont la catégorie de travailleurs des WISE qui ont le plus besoin de ces compétences. Au contraire, les TBS nécessitent peu de compétences numériques pour mener à bien leurs activités professionnelles et les compétences numériques semblent plus pertinentes dans leurs activités de la vie privée plutôt qu'au travail.

Tant pour les compétences techniques et transversales, il existe une marge d'amélioration des compétences numériques pour les trois groupes cibles. Cependant, une difficulté à trouver des initiatives de formation pour combler ces lacunes a été détectée, en particulier pour les TBS.

Tendances de développement et défis

Dans tous les pays où elles opèrent, les WISE ont démontré leur capacité à s'attaquer aux problèmes clés de l'exclusion de la main-d'œuvre affectant les économies contemporaines que les politiques traditionnelles du marché du travail s'étaient révélées incapables de résoudre. Malgré leur succès, le potentiel des WISE est encore loin d'être exploité.

La visibilité des WISE a considérablement augmenté au cours des dernières décennies et de nouvelles lois reconnaissant les WISE - notamment via des statuts juridiques - ont été adoptées dans un nombre croissant d'États membres de l'UE. Il convient également de noter la tendance à la reconnaissance des WISE via l'ajustement de la législation coopérative, qui se diffuse dans les pays qui se distinguent par une longue tradition coopérative.

Le faible développement des WISE dans certains pays peut être attribué à deux facteurs principaux: le degré insuffisant d'engagement des WISE dans les processus législatifs et l'incapacité des décideurs politiques à identifier tous les types d'organisations pouvant être considérées comme des WISE.

Dans l'ensemble, il y a une tendance à l'élargissement des groupes cibles des WISE : par le passé, les personnes handicapées étaient le seul groupe considéré comme défavorisé alors que plus récemment, le concept de désavantage a été progressivement élargi afin d'inclure un ensemble plus large de travailleurs vulnérables.

Une autre tendance clé détectée est qu'au cours de la dernière décennie, les domaines d'engagement des WISE se sont progressivement élargis vers des domaines - tels que ceux liés aux TIC, à la culture et à la gestion du patrimoine culturel - à plus forte valeur ajoutée.

L'analyse confirme cependant que pour exploiter pleinement la valeur ajoutée des WISE, un environnement plus favorable est nécessaire. En particulier, il est nécessaire de mettre en place davantage de programmes et de politiques publiques habilitantes. De nouvelles opportunités d'accès au marché pour les WISE émergent néanmoins des directives de l'UE de 2014 sur les marchés publics.

Des stratégies innovantes sont par ailleurs expérimentées par certaines WISE en vue d'améliorer leur capacité d'insertion. Parmi les plus innovantes, les collaborations entre les WISE et les entreprises conventionnelles deviennent une stratégie répandue dans certains pays également dans le cadre de dispositifs juridiques et/ou politiques particuliers, tels que les systèmes de quotas. Il convient également de mentionner la tendance à créer des réseaux regroupant les WISE.

En matière de développement des compétences, les WISE sont confrontées à des défis spécifiques. Le niveau de maîtrise des compétences des trois groupes de travailleurs ciblés par l'analyse empirique semble plutôt bon. Cependant, les données montrent qu'il existe une marge d'amélioration substantielle et que le fait de ne pas combler ces lacunes en matière de compétences pourrait compromettre la capacité des WISE à aider les TBS actuels et/ou nouveaux. Les activités de formation sont considérées comme particulièrement importantes, mais le manque de temps et de ressources – en particulier dans les petites WISE – à allouer à la formation entravent la participation à la formation. En ce qui concerne spécifiquement les TBS, une formation ciblée, planifiée en fonction de leurs besoins et de leurs capacités, est nécessaire.

En ce qui concerne les compétences numériques, les résultats montrent qu'il n'y a pas d'écarts significatifs entre leur pertinence et le niveau de maîtrise pour les trois groupes cibles. Il convient de noter que pour les TBS en particulier, les compétences numériques semblent acquérir une plus grande pertinence dans les activités de la vie privée par rapport aux activités professionnelles.

Une autre tendance importante qui s'est dégagée est que le niveau de numérisation est plus élevé dans les grands WISE. Cependant, des technologies telles que l'intelligence artificielle, le prototypage rapide et les technologies d'assistance sont considérées comme moins pertinentes et sont donc rarement utilisées dans les WISE. Néanmoins, ce sont des technologies importantes, principalement pour l'adaptation des lieux de travail individuels des TBS, et leur potentiel devrait être pleinement exploité par les WISE.